HOPITAL MEDIEVAL

C'est un testament de 1355 qui est à l'origine de la fondation de l'hôpital d'Evian.

hôpital médiéval

Demoiselle Pernette Grenat "native et bourgeoise d'Evian", lègue à la ville sa maison et ses avoirs en faveur des bourgeois pauvres, lépreux et pélerins. La fondation autorisée à la fin du XIV° siècle, succède alors à un établissement charitable plus ancien.
D'importants legs en biens et en argent contribuent ensuite à l'enrichir.
Société de bienfaisance à caractère civil et religieux, l'hôpital est géré par les syndics et conseillers de la ville. Un "recteur" ou "fermier" en rend les comptes chaque année.

Dispensaire de soins et maison de charité, l'établissement reçoit les hôtes de passage, fournit table et gîte aux pauvres et pélerins qui y sollicitent asile pour trois jours, et abrite chaque nuit les 6 pauvres de la ville désignés par le Conseil. Chacun est logé selon sa catégorie, homme, femme, prêtre, hôte de qualité auquel est réservée une "chambre d'honneur". Un chapelain assure les offices dans la chapelle de l'établissement. Richement dotée, la fondation sert à l'occasion de trésorerie et de banque de prêt.

Le bâtiment sera remanié au début du XVII° siècle par les compagnons bourguignons, avant d'être restauré en 1865 par Viollet le Duc. La façade a conservé ses arcs ogivaux du rez-dechaussée, ainsi que des fenêtres à meneaux couronnés d'arcs en accolade au premier étage, vestiges du XV° siècle. La tour de l'horloge fut couronnée d'un toit à pignon pointu en 1865.

Transféré en 1860, l'hôpital céda la place à l'hôtel de ville qui occupera les lieux jusqu'au début du XX° siècle.