La pêche professionnelle au lac Léman

Avec la batellerie, les pêcheurs professionnels ont été les premiers occupants du lac. Au début du siècle, ils étaient près de 400. En 1997 on n'en compte qu'une cinquantaine pour la partie française. Tandis que le nombre des pêcheurs professionnels décroît, la navi-gation de plaisance et la pêche sportive se sont développées. La dégradation des fonds et la pollution des eaux dont les pêcheurs sont les premières victimes ont pu être réduites grâce à leurs cris d'alarme ; le lac est en nette amélioration. Poser un filet près des rives en été est quasiment impossible. Vous apercevrez de moins en moins de pêcheurs sur le lac pendant la journée. Ils s'arrangent pour faire leur travail de très bonne heure pour être plus tranquilles. Ne vous étonnez pas si ces derniers n'apprécient pas de constater les dégâts dans leurs filets ! Une meilleure convivialité passe par le respect mutuel des usagers du lac ... Apprenez à mieux connaître les pêcheurs et vous découvrirez qu'ils sont toujours prêts à rendre service. Ils sont à l’origine des Sociétés de Sauvetage sur le lac et les vies sauvées par eux ne se comptent plus. A l'avenir, faites attention à leurs filets, aux marques. Une marque détériorée ou déplacée, c'est souvent des filets perdus. Ne vous approchez pas trop près non plus, les courants peuvent déplacer les marques et celles-ci ne se trouvent donc plus à l'aplomb des filets. Si vous vous accrochez dans les filets, ne tirez pas dessus, ne coupez pas les fils mais laissez votre ligne sur place et avertissez le pêcheur. Il vous rendra votre matériel.

En cas de problème, adressez-vous à la Direction Départementale de l’Agriculture, 13 quai de Rives, 74200 Thonon, qui vous mettra en relation avec les pêcheurs professionnels (50 pêcheurs du côté français, 100 pêcheurs du côté suisse) qui ne vivent que de la pêche.